top of page
  • Writer's pictureamandinelafargue

Les impacts de la politique sanitaire sur nos enfants

Retranscription de l’interview qui s’est déroulée en visioconférence.

« Bonjour Cécile, bonjour aux spectateurs,

Je vous remercie de m’offrir la possibilité de témoigner dans cet ingénieux espace.

Je suis Amandine Lafargue, psychologue diplômée, depuis plus de 20 ans.

Nous sommes de nombreux professionnels à alerter sur les impacts que la politique sanitaire a sur nos enfants.

En novembre 2020, avec mes consœurs Ariane Bilheran et Marie-Christine Thevenet, nous dressions, le constat clinique des impacts de la politique sanitaire sur les enfants.

Cette tribune a été signée par plusieurs centaines de professionnels de l’enfance.

Arguments que nous avons repris, lors d’un debriefing pour France soir : Santé sauvée mais enfants traumatisés.

Je prévenais que les enfants allaient être les grands oubliés de la crise sanitaire, sur le motif classique qu’ils sont considérés comme des êtres qui s’adaptent à tout.

Sauf que les enfants ne s’habituent pas à la maltraitance. Ils finissent simplement par se taire, par renoncer à se plaindre, parce qu’ils ont leur propre peur à gérer, et parce qu’ils voient que les adultes sont eux-mêmes anxieux.

Malgré nos alertes sur les besoins essentiels des enfants en termes de développement, les enfants sont restés muselés.

Ce crève-cœur est souvent relativisé, pourtant des spécialistes tels que le Dr Résimont énoncent que: « Faire porter un masque à un enfant est criminel, et qu’il doit être un interdit absolu ».

En juin 2021, avec les mêmes consœurs, nous avons fait le bilan, lors d’un live Réinfo Liberté avec Vincent Pavan, et Emmanuelle Darles, Enseignants-Chercheurs et maîtres de conférences et Roxane Chafei-Garnier, aujourd’hui porte-parole du collectif Mamans Louves.

Ce live : « Le masque aux enfants: état des lieux psychologique, juridique et scientifique » attestait que nous recevions de plus en plus d’enfants abimés en cabinet libéral.

Ce manque de considération des enfants se paie lourdement, puisque aujourd’hui, déc 2021, je reçois de plus en plus de patients en état d’épuisement psychique.

Les plus jeunes, ressentent des gênes respiratoires qui entrainent des troubles anxieux et une baisse de leur attention, contre-productives pour leur scolarité et leur développement relationnel.

Certains on a la chance d’avoir reçu des explications constructives, mais beaucoup se retrouvent seuls face aux bribes de discours angoissants qu’ils glanent,…

Les adolescents vont mal. Les confinements ayant créé des anxiétés majeures. Ils sont désabusés et ne souhaitent plus se confier… aux adultes.

Ils se trouvent irritables, et font des crises qui leurs paraissent immotivées.

On note 80% d’augmentation des consultations en pédopsy chez les – de 15 ans et un taux de tentatives de suicide qui aurait augmenté de 300%.

Les jeunes adultes eux, ont surtout souffert du confinement, la plupart évoquent des deuils impossible à surmonter et une crise concernant le sens de leur vie.

Tous présentent des états de chaos émotionnels dignes d’états de stress post-traumatique, avec pertes de repères et sentiment d’impuissance.

Ccl : Le rapport bénéfice risque des mesures prises ne profite pas à nos enfants.

Elles sont disproportionnées, contreproductives et maltraitantes.

Les enfants ne s’y sont pas fait, ils se réduisent au silence et compensent psychiquement.

Si cette situation perdure, beaucoup ne le pourront plus.

Il faut les penser en déployant des stratégies de prévention.

Ce sont les adultes de demain, ils sont l’avenir de notre humanité.

Pour cela, nous devons renforcer nos positions d’adultes responsables et

leur transmettre le gout de développer leur défenses immunitaires et psychiques.

Merci pour votre écoute, votre bienveillance et votre créativité.

Je pense que c’est grâce à ces initiatives créatrices qu’on s’en sortira. »

6 views

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page